ange au cadranLes autorités publiques ont le devoir de veiller à ce que les citoyens ne soient pas privés, pour des raisons de productivité économique, d’un temps destiné au repos et au culte divin. Les employeurs ont une obligation analogue vis-à-vis de leurs employés. Les chrétiens doivent, dans le respect de la liberté religieuse et du bien commun de tous, se prodiguer pour que les lois reconnaissent les dimanches et les autres solennités liturgiques comme des jours fériés:  » Ils ont à donner à tous un exemple public de prière, de respect et de joie et à défendre leurs traditions comme une contribution précieuse à la vie spirituelle de la société humaine « . Tout chrétien devra  » éviter d’imposer sans nécessité à autrui ce qui l’empêcherait de garder le jour du Seigneur « .

(§ 286 du compendium de la doctrine sociale de l’Eglise)

promenade dominicaleLe dimanche est un jour à sanctifier par une charité agissante, avec une attention particulière aux membres de la famille, ainsi qu’aux malades, aux infirmes et aux personnes âgées; il ne faut pas non plus oublier les  » frères qui ont les mêmes besoins et les mêmes droits et ne peuvent se reposer à cause de la pauvreté et de la misère « ;  en outre, c’est un temps propice à la réflexion, au silence et à l’étude, qui favorisent la croissance de la vie intérieure et chrétienne. Les croyants devront se distinguer, ce jour-là aussi, par leur modération, en évitant tous les excès et les violences qui caractérisent souvent les divertissements de masse. Le jour du Seigneur doit toujours être vécu comme le jour de la libération, qui fait participer à la  » réunion de fête  » et à  » l’assemblée des premiers-nés qui sont inscrits dans les cieux  » (He 12, 22-23) et anticipe la célébration de la Pâque définitive dans la gloire du ciel.

§ 285 du Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise

  » Au septième jour, Dieu chôma après tout l’ouvrage qu’il avait fait  » (Gn 2, 2): les hommes aussi, créés à son image, doivent jouir d’un repos et d’un temps libre suffisants qui leur permettent de s’occuper de leur vie familiale, culturelle, sociale et religieuse. C’est à cela que contribue l’institution du jour du Seigneur. Le dimanche et les autres jours de fête de précepte, les croyants  » s’abstiendront de se livrer à des travaux ou à des activités qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au Jour du Seigneur, la pratique des œuvres de miséricorde et la détente convenable de l’esprit et du corps « . Des nécessités familiales ou des exigences d’utilité sociale peuvent légitimement exempter du repos dominical, mais elles ne doivent pas créer des habitudes dommageables à la religion, à la vie de famille et à la santé.

Compendium de doctrine sociale de l’Eglise

§ 284 du Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise

mgr_ginoux.jpgFaut-il légaliser le travail du dimanche ? Cette question est en train de trouver une réponse dans les mesures d’autorisations d’ouverture données par l’État aux grandes surfaces, à certains professionnels, comme récemment aux marchands de meubles.

Il est probable que l’actuel Parlement étendra cette loi à tous les types de commerces. Une fois de plus, au nom des droits humains, au nom du respect de la liberté religieuse, les hommes et les femmes conscients de l’enjeu doivent combattre cette mesure contraire au bien social.

Read More →

cure_ars1.jpg« Vous travaillez, vous travaillez, mes enfants, mais ce que vous gagnez ruine votre âme et votre corps. Si on demandait à ceux qui travaillent le dimanche: « Que venez-vous de faire? » ils pourraient répondre: « Je viens de vendre mon âme au démon, de crucifier Notre-Seigneur, et de renoncer à mon baptême. Je suis pour l’enfer… Il faudra pleurer toute une éternité pour rien… » Quand j’en vois qui charrient le dimanche, je pense qu’ils charrient leur âme en enfer.

Read More →

Religioscope
8 Jan 2008

evolution.jpg
© 2007 Andrey Prokhorov – Agence: iStockPhoto.com.

Les religions s’inscrivent dans la longue durée, mais elles ne sont pas insensibles à l’actualité. Il n’y aurait guère de sens à vouloir expliquer ce qui a changé dans le domaine religieux en l’espace d’un an seulement. Il n’est en revanche pas interdit de prêter attention à quelques indicateurs ainsi qu’à des événements à venir ou courants émergents. Un choix – inévitablement éclectique – de quelques thèmes, certains cruciaux et d’autres qui le sont peut-être moins.

Read More →

mgr_ginoux.jpgDans le Bulletin Catholique du diocèse de Montauban n°1 du 9 janvier 2008, Mgr Bernard Ginoux s’oppose à la légalisation du travail du dimanche :

« Une fois de plus, au nom des droits humains, au nom du respect de la liberté religieuse, les hommes et les femmes conscients de l’enjeu doivent combattre cette mesure contraire au bien social. […] L’affirmation que, seuls les volontaires travailleront le dimanche, est un leurre. La loi du marché s’imposera et, devant la menace de perdre son emploi, aucun salarié ne pourra échapper au travail du dimanche. […] Personne ne peut être dupe de ce prétendu « volontariat ». Peu à peu il n’en sera plus question : ce sera pour l’employé à prendre ou à laisser.

L’organisation du temps ne peut se faire quand, dans un famille et dans une société, personne n’a le même rythme : les enfants scolarisés et ceux qui vivent au rythme des écoles et des études se retrouveront seuls quand les adultes seront au travail. Inévitablement ce sont les personnes défavorisées qui seront contraintes de travailler le dimanche parce qu’elles sont en situation précaire. Ainsi va-t-on vers un éclatement plus grand de la cellule familiale. Il est donc urgent de s’opposer à cette institutionnalisation du travail le dimanche et les jours de fête. […]

Cette rapide approche de la question me conduit en tant que citoyen français et évêque catholique à élever une protestation ferme contre ce glissement progressif vers la légalisation du travail le dimanche et les jours de fête. Ces mesures légales semblent, en apparence, respecter la liberté de chacun mais c’est un leurre : dans un contexte économique difficile les salariés n’auront pas le choix : nécessité fait loi ! »