promenade dominicaleTout salarié bénéficie de jours de repos hebdomadaire et de jours de repos exceptionnels. Le repos est une obligation prévue par la loi et est soumise à des règles rigoureuses, quant à leur durée, notamment. Les jours de repos peuvent aussi entraîner des rémunérations différentes pour les salariés qui travaillent pendant ces journées.

Dimanche et travail

La loi prévoit que le salarié doit bénéficier d’une période de 24 heures de repos par semaine. Par ailleurs, ce repos doit être donné le dimanche (articles L. 221-4 et L. 221-5 du Code du travail). Cependant, la loi prévoit des dérogations à ce principe et permet, dans certaines hypothèses, le travail le dimanche. 

Travail le dimanche : Quel est le principe ?

Le principe est que l’ensemble des salariés bénéficie d’un jours de repos hebdomadaire fixé le dimanche. Il existe cependant plusieurs types de dérogations.

Dans quelles entreprises le travail du dimanche est-il autorisé ?

Une entreprise peut être concernée par le travail du dimanche, si elle relève des secteurs d’activités où la loi l’autorise, ou si un accord permet le travail en continu pour des raisons économiques, ou encore si elle bénéficie d’une autorisation préfectorale particulière.

Peut-on faire travailler des mineurs le dimanche, la nuit ou les jours fériés ?

Au nom de la protection de la santé et de l’éducation, la loi interdit formellement le travail des mineurs le dimanche, la nuit ou les jours fériés. Cependant, le législateur admet limitativement quelques exceptions dans des secteurs d’activités spécifiques et sous le contrôle de l’inspecteur du travail.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur Juritravail.

 » Iuxta dominicam viventes  » : ceux qui vivent ‘selon le dimanche’.

messe.jpgLa nouveauté radicale que l’Eucharistie introduit dans la vie de l’homme s’est révélée à la conscience chrétienne dès les origines. Les fidèles ont immédiatement perçu l’influence profonde que la célébration eucharistique exerçait sur leur style de vie. Saint Ignace d’Antioche exprimait cette vérité en qualifiant ainsi les chrétiens: ceux qui  » sont venus à la nouvelle espérance « ; il les présentait comme ceux qui vivent  » selon le dimanche  » (iuxta dominicam viventes).

Cette formule du grand martyr d’Antioche met clairement en lumière le lien entre la réalité eucharistique et l’existence chrétienne dans son caractère quotidien. L’habitude caractéristique des chrétiens de se réunir le premier jour après le sabbat pour célébrer la résurrection du Christ – selon le récit de saint Justin martyr 205 – est également l’élément qui définit la forme de l’existence renouvelée par la rencontre avec le Christ.

La formule de saint Ignace –  » Vivre selon le dimanche  » – souligne aussi la valeur paradigmatique que possède ce jour saint par rapport à tout autre jour de la semaine. En effet, il ne se distingue pas par la simple suspension des activités habituelles, comme une sorte de parenthèse dans le rythme normal des jours. Les chrétiens ont toujours ressenti ce jour comme le premier de la semaine, parce qu’en lui on fait mémoire de la nouveauté radicale apportée par le Christ. Le dimanche est donc le jour où le chrétien retrouve la forme eucharistique de son existence, selon laquelle il est appelé à vivre constamment.

 » Vivre selon le dimanche  » signifie vivre dans la conscience de la libération apportée par le Christ et accomplir son existence comme l’offrande de soi à Dieu, pour que sa victoire se manifeste pleinement à tous les hommes à travers une conduite intimement renouvelée.

§ 72 de l’encyclique Sacramentum Caritatis.

messe-papale.jpg« Le dimanche reste le fondement principal et le noyau primordial de l’année liturgique – écrit le Saint-Père, tirant son origine de la résurrection du Christ, grâce à laquelle ont été gravés dans le temps les traits de l’éternité. Le dimanche est, pour ainsi dire, un fragment de temps pénétré d’éternité, parce que son aube a vu le Crucifié ressuscité entrer victorieux dans la vie éternelle ». Read More →

en familleComme consommateur, je dois pouvoir faire mes courses un autre jour de la semaine.
Comme salarié, j’apprécie de disposer de ce jour de repos hebdomadaire.
Comme citoyen, je constate combien l’essentiel du raisonnement économique et politique de M Lebranchu est juste : l’ouverture des magasins le dimanche est, sous une apparence de confort consumériste et de pseudo-modernité de service libérale, préjudiciable à l’ensemble du pays, à commencer par le commerce de proximité, à continuer par les salariés, petits et cadres, des grands magasins.
Comme chrétien, et cet argument est le plus fort, le dimanche est consacré à Dieu d’abord, à la famille ensuite, pas à l’achat des poireaux ou des lampes de chevet.

écrit par Michel sur le site de Libération

Vous aussi, intervenez sur les sites pour promouvoir le repos dominical !

Au 6e jour de la Création, Dieu crée l’homme et lui confie le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder, fondant ainsi son travail qui ne deviendra pénible que par la conséquence du péché.

Read More →

Pasteur Claude Baty

La religion de la consommation serait-elle le culte officiel de la France laïque ?

Il est question de généraliser l’autorisation de travailler le dimanche… À mes yeux, ce n’est pas une bonne idée ! Qu’un pasteur réagisse ainsi n’étonnera personne, et pourtant ce ne sont pas des intérêts particuliers que je défends. Au contraire, ma démarche est antireligieuse ! Dans ce projet, je dénonce d’abord la religion de la consommation.

Read More →

descubes.jpgMgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, président du Conseil pour les questions familiales et sociales, a fait paraître un document d’analyse et de réflexion à propos des projets de libéralisation du travail du dimanche.

Face aux menaces qui pèsent sur le repos du dimanche, le Conseil pour les questions familiales et sociales de la Conférence des évêques de France rappelle son importance pour des raisons théologiques, anthropologiques et sociales.

Read More →